Bottes et bottines : bien les choisir pour l'hiver

Le 14 janv. 2015


Miko adoooore les bottes. Confessions mises à part, les bottes/bottines, bien qu'admirables en hiver, ne doivent pas faire état d'une erreur de choix car elle ne concerne pas uniquement le pied mais toute la jambe.

À quoi servent les bottes et bottines ?

Autrement dit, pourquoi privilégier cet accessoire en hiver ? Car c'est "stïïïïle" elle a dit Cristina Cordula. Oui, d’accord. Sauf qu’il me faut bien plus que l'argument modesque pour me convaincre. Car il nous faut bien des chaussures me répondra autrui à la logique pragmatique. Certes.

N'oublions pas que les bottes féminines que nous connaissons aujourd'hui sont, comme bien d'autres habits, dérivées du monde du travail : en l'occurrence des chaussures de sécurité. Elles avaient, ont toujours, pour vocation de protéger la cheville et les mollets en cas de chute ou d'exposition à des environnements exceptionnels. Avez-vous déjà vu un pompier éteindre un feu en tongs ? Pas plus qu'une cavalière en ballerine n'est-ce pas ? À bien y réfléchir, certaines bottes s'appellent "cavalières" ou "camarguaises", ça doit venir de là !

À notre niveau, pour arpenter les rues, cette protection sert à :
  1. Maintenir la cheville dans une structure montante. Résultat, il est beaucoup plus stable de marcher avec des bottes que des escarpins ouverts. Et merci bien, cela assure une marche tout terrain, des feuilles d'automne aux flocons de neige en passant par la pluie - surtout la pluie – rien n’arrête notre allure soutenue.
  2. Tenir chaud, cela va de soi.

Les différents types de bottes : la hauteur

Les bottines sont les structures les plus basses. Nous distinguons alors deux sortes de bottines : les bottines basses, qui s’arrêtent au niveau de la cheville sans englober la malléole et les bottines hautes qui, elles, montent sur la cheville. Elles ne dépassent cependant jamais le premier tiers de la jambe.


L’appellation de « botte » s’adopte à partir du moment où la chaussure monte sur le deuxième tiers de la jambe. Ici aussi, il convient de distinguer deux hauteurs de bottes. Il y a la botte courte, à ne pas confondre avec la bottine. Cette chaussure courte sur jambe s’arrête à la moitié du mollet. Puis il y a la hauteur la plus connue. La botte classique qui a été le plus standardisé. Elle monte sur tout le mollet et se termine sous le genoux.


Enfin les cuissardes, ou jambières, sont les plus hautes. Elles montent carrément en dessus du genoux pour atteindre parfois le début des cuisses. D’où le nom, vous l'aurez deviné. Non, la cuissarde ne vulgarise pas une silhouette si elle est bien porté et de bonne qualité. Niveau morpho, vous vous en doutez, ce sont les jambes fines et/ou galbées qui ont la primeur de l'accessoire. Cependant, les débats divisent. Pas de cuissardes pour la petite. Je ne suis pas d'accord. Je suis petite et j'en porte, photo à l'appui. Le tout est qu'elle reste près du corps de haut en bas pour accompagner l'allongement de la silhouette. Seules les grandes se permettent des fantaisies d'évasion du dernier volet sans que ça ne coupe leur hauteur.


Quels critères pour choisir ses bottes ?

Des bottes, pour les raisons citées plus haut, sont sujettes à une usure plus rapide. Et pourtant, le prix des bottes peut paraître onéreux. D'où l'intérêt de les choisir minutieusement pour les rentabiliser sur plusieurs saisons.

La semelle, quelle matière ? La gomme protège parfaitement de la pluie mais le cuir évacue la transpiration. Le caoutchouc quant à lui est durable et plus léger. Veillez toujours à ce que la semelle sous la chaussure soit antidérapante. Un dessous de pied lisse est… casse gueule, il faut le dire !

La doublure. La douceur des fourrures pour garder son pied au chaud mais attention à celles qui transpirent dans ces matières. Autre solution de très bon choix : la thermolite.
Les coutures. Nous n'y pensions jamais assez mais c’est toujours une bonne chose de regarder sur l'étiquette si les coutures sont résistantes à l'eau (hydrofuges). Si ce n'est pas le cas, l'écart des mailles et la taille des trous devraient vous indiquer si l'eau peut, ou pas, s'infiltrer à l’intérieur.
• Assurez-vous que le revêtement aussi soit imperméabilisé. Mais cela ne vous prive pas d'en remettre une couche une fois chez vous. C’est plutôt recommandé dans l’entretien de ses chaussures d’ailleurs.


Quelle botte pour quelle morphologie ?

La botte pour tous ! Oui, vous m'avez bien lu, les bottes vont à tout le monde. Il n’y a aucune morphologie qui interdit cette chaussure si parfaite. Les coupes sont très nombreuses de nos jours, et là, est toute la subtilité du choix des bottes. Sa coupe et sa hauteur doit correspondre à la forme de la jambe c'est à dire, dans le mile… votre morphologie.

Personnellement, je ne suis pas fan des bottes en élasthane, qui font très costume de film de seconde zone raté. Sachez juste que cela moule la jambe pour attirer le regard dessus et que cela n'est pas vraiment conseiller ni pour les filles pulpeuses et musclées, ni pour celles trop minces. À pas grand monde donc…


MOLLETS MUSCLÉS ET/OU FORT

La botte courte, arrivant à mi-mollet coupe la ligne de votre jambe anguleuse et rompt l'harmonie dans la lecture de votre tenue. Les coupes de bottes droites ne sont pas à bannir, mais elles sont pour vous un enfer à enfiler ! Les coupes évasées hautes sont bien plus simples et équilibrent vos volumes. Les bottines hautes ne sont pas vraiment faites pour vous malheureusement, elles apportent de la masse sur le bas de la jambe en englobant celui des mollets pour ne former qu’un seul ensemble. Les bottines basses peuvent être portées mais avec un pantalon à coupe droite qui va venir uniformiser les volumes de la jambe.

MOLLET ET/OU CHEVILLE FIN(E)

Ne confondez pas une cheville fine avec une cheville marquée. Vous pouvez avoir des formes et pour autant avoir une structure qui distingue votre cheville. Une cheville fine est (très) mince et dessinée. Elle se creuse distinctement dans la jambe. Certes, toutes les coupes vous sont permisses mais celles qui compensent les volumes sont les coupes de bottes droites. Elles apportent de la texture à votre jambe. En terme de bottines, vous pouvez partir sur une bottine basse, mais cela risque de donner l'illusion d'une cheville trop fragile. L'idéal est les bottines hautes de types low boots.

MORPHOLOGIE O (RONDEURS)

Je distingue les chevilles fortes des chevilles des morphologies O. La morphologie O a des rondeurs réparties sur tout le corps, tandis qu'une cheville forte peut se retrouver sur une jambe et des mollets plus fins, question de structure. Certaines danseuses ont des chevilles plus fortes que le reste de leur silhouette à force de les travailler. Pour en revenir aux intéressées, l'idéal est la bottine basse qui ouvre la cheville. Elle forme un arrondi sur le devant de la chaussure qui dégage le coup de pied. L'harmonie n'est pas rompue puisque l’arrondi suit la continuité de la jambe, et l'élégance à son apogée.


CHEVILLE FORTE ET/OU ENFLÉE

Le tout est de ne pas alourdir votre démarche. La bottine, haute comme basse, enferme votre pied dans une masse qui ne se distingue pas du reste de la jambe. Pour vous, c'est des bottes ! Privilégiez les formes évasées et souple au niveau du pli du pied, comme sur la photo ci dessus, pour un confort et une allure allégée

ET VOUS ? Plutôt bottes ou bottines ?



Je m'excuse encore pour ce petit retard. J'ai sorti toutes mes bottes pour illustrer cet article pour me faire pardonner !

Cosmétiquement vôtre
Miko.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi...

10 commentaires

  1. moi, pour faire tenir mes bottes, je roule un magasine dans chaque jambe, comme ça, elles ne sont pas déformées :).
    Encore un très bon article, bien détaillé, bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bonne astuce ! Je mets des bouteiles en plastiques vides moi :P Merci à toi de ton passage ici :)

      Supprimer
  2. Superbe article très complet ! Moi je suis fan des bottines hautes et des bottes. Je porte quasiment que ça en hiver.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que nous sommes beaucoup a apprécier ces petites merveilles hivernales :P Merci en tout cas :)

      Supprimer
  3. Je suis très bottines et peu bottes. Pour les bottines, j'ai mes intemporelles de l'hiver, talons de 10 cm, bouts pointus et noires, je les mets tous les jours au travail et j'en rachète tous les ans. Pour les cuissardes, j'aimerais qu'elles soient plates, un peu pointues et en daim, grises par exemple. A essayer ! Super article en tout cas, l'attente en valait la peine !

    Estelle
    lamodeestunjeu.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que j'en ai déjà vu des cuissardes en daim à plat, ça doit être trouvable :) Fiouf oui, il s'est fait attendre le coquin ! Note pour le prochain semestre : écrire à l'avance pendant les périodes d'examens ahah

      Supprimer
  4. J'adore les bottines, je porte quasiment que ça, même en été !
    Super article hyper complet comme toujours :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout un style que de porter des bottines, été comme hiver, il y a des modèles pour tous les gouts :) Je te remercie pour tes gentils mots en tout cas :D

      Supprimer
  5. Salut !

    Pour les filles de petites tailles mieux vaut éviter les bottines hautes ça rapetisse ...

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en porte souvent pourtant et je n'ai pas l'impression que ça me rapetisse. Peut être est ce mes 10 cm sous les pieds qui font tout le travail xD

      Merci de ta remarque en tout cas :P

      Supprimer